La rage chez le chien

Depuis mars 1968, la rage a pénétré dans notre pays, où elle était pratiquement inconnue depuis plus de cinquante ans. Quelques foyers isolés, voire de petites enzooties localisées, s’étaient bien manifestés çà et là périodiquement, notamment en Côte-d’Or en 1928, à la frontière espagnole en 1938-1940. Elles étaient attribuées à l’introduction clandestine de sujets contaminés provenant d’Afrique du Nord ou d’Espagne.

Le point de départ de l’invasion

Le cas initial de l’invasion actuelle a été constaté dans la région de Thionville (Moselle). Depuis, la maladie s’est étendue chaque année vers l’ouest, transmise principalement par les renards (rage selvatique) et se propage à la manière d’une tache d’huile. A l’origine, en Russie, elle a gagné successivement l’Allemagne, le Luxembourg, la Belgique, la Suisse et le nord-est de la France. Actuellement, elle aborde la région parisienne et près de vingt-cinq départements sont déclarés infectés. A peu près autant de départements limitrophes sont considérés comme menacés à brève échéance du fait que l’extension s’effectue inexorablement à raison d’environ 30 km par an.

Une seule solution efficace : la vaccination

Il importe donc, à l’heure actuelle, que les éleveurs, propriétaires, utilisateurs de chiens de Berger de toute la région nord-est de la France soient extrêmement vigilants. Ils ont non seulement le plus grand intérêt mais aussi l’impérieux devoir de faire vacciner préventivement leurs chiens et plus particulièrement ceux qui sont utilisés sur le terrain à la garde des troupeaux, car ils ne sont jamais à l’abri d’une contamination pouvant se produire très souvent à l’insu de leur propriétaire par des renards ou de petits rongeurs ou carnivores sauvages, voire par des chauves-souris. Bien que la rage ait été éradiquée en France, les vaccins antirabiques restent remboursés par votre assurance pour animaux pour inciter les propriétaires de chiens à faire vacciner leur animal de compagnie contre cette maladie.

La vaccination préventive, bien au point est tout à fait inoffensive avec l’emploi actuel de vaccins inactivés, dénués de toute virulence. Elle comporte deux injections séparées à quinze jours d’intervalle, avec rappel annuel d’une injection unique.

Les chiens qui participent aux Expositions canines ou qui se rendent à l’étranger, doivent obligatoirement être vaccinés au moins quinze jours et moins d’un an auparavant.

C’est une sage précaution et de plus, une nécessité absolue lors du retour en France après le séjour temporaire hors de nos frontières.

D’ailleurs, quelle que soit la région où séjourne d’ordinaire tout chien de Berger, on ne peut que conseiller la vaccination préventive mettant à l’abri d’une contamination clandestine insoupçonnée.

Actuellement les vaccinations antirabiques peuvent être effectuées en même temps que les autres vaccinations classiques préventives par l’usage de vaccins multivalents associés.

En outre, les mesures prophylactiques sanitaires édictées par la loi doivent être appliquées avec sévérité et rigueur, et personne ne doit s’y soustraire si l’on veut lutter efficacement dans notre pays contre une propagation de ce fléau et réduire dans la mesure de nos moyens une contamination plus grave et plus intense.